Note de la Présidente de la CEESP

Comme il s'agit ici du premier bulletin de la Commission depuis le Congrès mondial de la nature à Hawaï, je voudrais présenter le cadre général de notre travail au cours des quatre prochaines années, et vous inviter à apporter vos contributions en tant que membres!

La CEESP est un réseau unique d'environ 1 500 volontaires qui représentent toutes sortes de disciplines, allant entre autres de la biologie à l'anthropologie, en passant par l'économie et le droit, ou encore la culture et les peuples autochtones. Notre travail représente la croisée des chemins entre conservation et développement. Il est important de reconnaître que, depuis sa création, la CEESP a été la « conscience » de l'UICN : elle a souvent permis de s'interroger sur la façon dont nous mettons en œuvre la conservation, sur les droits, la responsabilisation, l'éthique, l'économie, et d'autres aspects encore. La voix de la CEESP n'a pas toujours été accueillie chaleureusement dans les milieux de la conservation mais, au fil des années, la commission a travaillé avec acharnement pour améliorer le secteur de la conservation et les efforts de conservation dans leur ensemble. La CEESP est parvenue à atteindre ce résultat en créant des espaces permettant d'entendre différents points de vue, en réagissant aux questions de droits, de genre, de moyens de subsistance, et en exprimant et en validant l'importance des sciences sociales dans la conservation.

En tant que Commission de l'UICN, nous avons pour tâche de contribuer à la mission de l'UICN en produisant et en diffusant des connaissances, en mobilisant des soutiens, et en faisant la promotion de mesures visant à concilier la conservation de la nature avec les préoccupations sociales, culturelles, environnementales et de justice économique essentielles des sociétés humaines. Nous sommes maintenant engagés dans le nouveau Programme de l'UICN visant à examiner la valorisation et la conservation de la nature, le déploiement de solutions basées sur la nature et assurer une gouvernance efficace et équitable de la nature, ce dernier point constituant le fondement du programme et le cœur du travail de la commission.

Au cours des quatre prochaines années, je souhaite que nous parvenions à :

  • développer et appliquer le travail des « paniers de connaissances » de l'UICN - le Cadre de gouvernance des ressources naturelles (CGRN) et le Cadre PIN (People in Nature) – avec une collaboration efficace entre les Outils de connaissances de l'UICN et les Commissions de l'UICN, et en collaborant avec les membres pour piloter et adopter ces outils

 

  • continuer de développer et promouvoir les sciences sociales à tous les niveaux de l'UICN et entre tous ses membres, de façon à pouvoir aborder les facteurs économiques de la dégradation environnementale et la perte de biodiversité, mais aussi à comprendre plus efficacement les diverses valeurs de la nature et la façon dont la nature contribue aux moyens d'existence et au bien-être humain. Nous devons être en mesure de démontrer comment la conservation contribue au bien-être humain et de mesurer cette contribution. Nous allons nous concentrer sur cet aspect au travers des deux nouveaux thèmes réorganisés de la CEESP, le premier sur l'économie et l'autre sur le bien-être humain et les moyens d'existence durables.

  • travailler avec les Rapporteurs spéciaux de l'ONU, John Knox (Droits de l'homme et de l'environnement) et Vicky Tauli Corpuz (Droits des peuples autochtones), le Secrétariat de l'UICN, les membres et les experts de la CEESP pour mieux élaborer des normes et des pratiques afin de suivre et évaluer plus efficacement les projets et programmes de conservation en ce qui concerne les impacts sur les peuples autochtones, les communautés locales et les moyens d'existence. Nous allons axer cette discussion sur la conception du Forum sur la conservation et les droits de l'homme avec le thème de la CEESP sur la gouvernance, l'équité et les droits (TGER)

  • au travers du Thème sur la Culture, la spiritualité et la conservation (CSC) CEESP, fixer pour objectif d'améliorer la compréhension des relations entre culture, patrimoine bioculturel, spiritualité et gouvernance équitable dans les politiques relatives à la conservation, au développement durable, à l'environnement et à la culture – et élargir la portée du « Parcours Nature-Culture »  du Congrès mondial de la nature

 

  • soutenir la mise en place de plates-formes multilatérales inclusives comme le Mécanisme de Whakatane, pour s'attaquer aux conflits sociaux autour de la conservation, de l'utilisation des ressources et des activités qui nuisent aux environnements et aux écosystèmes à travers le thème sur le maintien de la paix et la protection de l'environnement, la sécurité et la résolution des conflits

  • élargir notre travail aux aspects commerciaux et financiers pour s'intéresser aux meilleures pratiques, à la responsabilisation sociale et plus largement au dialogue avec les parties prenantes et le secteur privé au travers de notre travail sur les entreprises, la responsabilisation et les meilleures pratiques

  • développer la CEESP en créant des pôles régionaux élargis et en élaborant une liste d'experts, afin de pouvoir mobiliser et soutenir les bureaux et les membres des bureaux régionaux de l'UICN plus efficacement sur les questions fondamentales, et intégrer de jeunes professionnels et/ou vice-présidents des thèmes de la CEESP et des groupes spécialisés

 

  • enforcer les groupes spécialisés existants, SPICEH, ReSpECC et SULi, et envisager la création d'autres groupes comme des groupes sur le genre, les économies locales, les communautés et la nature, et la santé (entre autres)

Pour permettre une mobilisation efficace de tous les membres de la CEESP, je vous invite à faire part de vos réactions, de vos réflexions et de vos idées innovantes sur ces questions, en particulier à formuler vos idées sur la façon d'aller de l'avant dans le cadre de partenariats et financements stratégiques et de développement de l'expertise de la CEESP. Veuillez envoyer vos idées à : ceesp@iucn.org

Depuis le Congrès mondial de la nature en septembre dernier, nous avons été très occupés à réorganiser le travail de la Commission, à analyser les résolutions qui impliquent la mobilisation de la CEESP, à mettre à jour le processus d'adhésion, les sites web, les nouvelles listes de diffusions des thèmes, à évaluer les nouveaux groupes spécialisés – et nous sommes en train de nommer et renommer les nouveaux membres du comité directeur. Nous pensons parvenir à finaliser ces efforts d'ici le mois de mars. Ne manquez donc pas les mises à jour du site web, des pages Facebook et twitter. 

Je travaille toujours à pourvoir les postes du Comité directeur de la CPEES ; veuillez consulter le site web de la CEESP pour plus d'informations à ce sujet, et les listes de diffusion actuelles et la page Facebook de la CEESP pour des opportunités de nomination et de candidature.

Je tiens à vous exprimer à tous ma sincère gratitude pour votre dévouement, votre expertise et votre appui bénévole à la CEESP. Je me réjouis de travailler avec vous tous au cours des quatre prochaines années.

Kristen Walker-Painemilla

Commission de l'UICN sur l'environnement, l'économie et la politique social

2016 - 2020

Go to top